retour accueil WebDoc retour rubrique


Sommet d'Evian

Déclarations officielles

Documents officiels

Documents critiques

Travaux des étudiants

Sommet de Lyon

Base de données

Rechercher



Déclaration politique sur les questions régionales (2001)

jeudi 12 septembre 2002


Déclaration des dirigeants du G8 sur les manfestations et la violence (Gènes 2001)
Plan d’action pour l’Afrique (Gènes 2001)
Déclaration finale du Sommet de Gènes (2001)
Déclaration économique du Sommet de Gènes (2001)

DÉCLARATION DU G8 SUR LES QUESTIONS RÉGIONALES Gênes, 21 juillet 2001

Les ministres des Affaires étrangères du G8 se sont réunis à Rome les 18 et 19 juillet. Nous appuyons pleinement leurs conclusions, qui ont déjà été rendues publiques. Ils ont porté à notre attention la situation au Moyen-Orient, en Afrique, dans l'ex-République yougoslave de Macédoine et dans la péninsule coréenne. L'Afrique fait l'objet d'un document distinct. Au sujet de l'ex-République yougoslave de Macédoine et de la péninsule coréenne, nous sommes parvenus aux conclusions suivantes : {{{EX-RÉPUBLIQUE YOUGOSLAVE DE MACÉDOINE}}} Nous considérons la paix et la stabilité dans l'ex-République yougoslave de Macédoine (FYROM) comme un objectif capital. Nous exhortons fortement toutes les parties de la FYROM à faire preuve d'un maximum de responsabilité afin de contribuer au succès rapide du dialogue politique en cours. Nous appuyons le gouvernement de la FYROM et son engagement à préserver la souveraineté, l'intégrité territoriale et l'unité du pays. Nous condamnons tout recours à la violence dans la poursuite d'objectifs politiques. Nous nous félicitons de l'engagement des parties à mettre un terme aux hostilités et les invitons à respecter rigoureusement et indéfiniment le cessez-le-feu. Nous demandons à tous les groupes armés de déposer les armes et de se disperser volontairement. Seules des solutions politiques pacifiques peuvent assurer un avenir démocratique et authentiquement multiethnique à tous les citoyens de la FYROM. Nous encourageons l'adoption et la mise en oeuvre des mesures constitutionnelles et législatives favorisant la participation de tous les citoyens à la vie politique du pays et le plus grand respect pour l'identité et les droits de toutes les communautés, conformément aux principes de non-discrimination et d'égalité de traitement. Les efforts déployés par les représentants de la communauté internationale dans la FYROM pour faciliter le dialogue politique entre les parties sont nécessaires et devraient se poursuivre. Nous appuyons l'idée de la convocation d'une conférence de donateurs après l'établissement d'une paix durable et la conclusion d'un accord politique entre les parties. {{{PÉNINSULE CORÉENNE}}} Les efforts déployés pour réduire les tensions et établir une paix durable dans la péninsule coréenne devraient être encouragés. Nous réitérons notre appui à la politique d'engagement de la République de Corée et à la poursuite du processus de réconciliation amorcé l'année dernière entre la République de Corée et la République populaire démocratique de Corée. Nous espérons la tenue prochaine d'un deuxième Sommet intercoréen et la reprise des contacts ministériels. Nous réaffirmons notre appui à la mise en oeuvre du Cadre agréé, y compris la KEDO. Nous nous attendons à ce que la RPDC mette en oeuvre le moratoire qu'elle a annoncé sur les lancements de missiles. Nous nous attendons également de sa part à une réaction constructive aux préoccupations internationales relatives aux questions de sécurité et de non-prolifération, aux problèmes humanitaires et aux droits de la personne. Une telle réaction est essentielle à l'atténuation des tensions dans la région et à une plus grande intégration de la RPDC à la communauté internationale. {{{MOYEN-ORIENT}}} La situation au Moyen-Orient présente un grave danger. Trop de victimes ont déjà perdu la vie. Nous ne pouvons pas nous permettre de laisser la situation se détériorer davantage. Il est nécessaire d'agir immédiatement. La mise en oeuvre urgente du rapport Mitchell constitue le seul moyen de progresser. La période d'apaisement doit commencer le plus tôt possible. La violence et le terrorisme doivent cesser. Un dispositif de surveillance impartial, accepté par les deux parties, serait utile pour la mise en oeuvre du rapport Mitchell. Nous appuyons pleinement la position du G8 énoncée par nos ministres des Affaires étrangères le 19 juillet.

 


Page de Bienvenue IEP

Les documents sont publiés par le Service de Documentation de l'Institut d'Etudes Politiques de Lyon (I.E.P).
La reproduction est autorisée sauf à des fins commerciales et sous réserve de la mention d'origine.
© Institut d'Etudes Politiques de Lyon
Pour tout renseignement complémentaire, contactez-nous. plan du serveur G7/G8
http://g7.sciencespo-lyon.fr