retour accueil WebDoc retour rubrique


Sommet d'Evian

Déclarations officielles

Documents officiels

Documents critiques

Travaux des étudiants

Sommet de Lyon

Base de données

Rechercher



Déclaration politique sur les questions régionales (Okinawa 2000)

vendredi 21 juillet 2000


Déclaration finale du Sommet d’Okinawa (2000)
Déclaration économique du Sommet d’Okinawa (2000)
Déclaration sur la prévention des conflits.(Okinawa 2000)
Charte d’Okinawa sur la société mondiale de l’information

Communiqué du G8 sur les questions régionales (21 juillet 2000)

{{{ASIE MÉRIDIONALE}}} Le niveau des tensions entre l'Inde et le Pakistan demeure un sujet de préoccupation pour la communauté internationale. Nous appelons les deux pays à reprendre le dialogue dès que possible dans l'esprit de Lahore afin d'établir une paix durable dans la région. Nous demandons tant à l'Inde qu'au Pakistan de s'associer aux efforts de la communauté internationale pour renforcer le régime de non-prolifération et de désarmement. Tout en nous félicitant des déclarations et des mesures positives adoptées, nous leur réitérons notre appel pour qu'ils mettent pleinement en oeuvre les mesures concrètes prévues dans la Résolution 1172 du Conseil de Sécurité des Nations Unies, notamment la signature et la ratification du TICE. {{{PROCESSUS DE PAIX AU MOYEN-ORIENT}}} Au Moyen-Orient, il existe une réelle possibilité de parvenir à une paix globale sur la base des Résolutions 242 et 338 du Conseil de Sécurité des Nations Unies et des Accords de Madrid et d'Oslo. Nous réaffirmons notre plein soutien aux efforts déployés par les parties concernées pour faire progresser le processus de paix dans cet objectif. Nous réaffirmons l'importance que nous attachons à un engagement permanent en faveur du règlement pacifique des différends. Prenant en compte le Sommet trilatéral consacré à la paix entre Israël et les Palestiniens, nous rendons hommage au Président Arafat et au Premier Ministre Barak pour leurs efforts soutenus, et au Président Clinton pour ses bons offices, sur la voie d'un accord sur toutes les questions liées au statut permanent. Nous nous félicitons de leur décision courageuse de poursuivre les négociations et nous leur renouvelons notre soutien dans leurs efforts. Nous réaffirmons également notre engagement d'apporter notre soutien à la mise en oeuvre d'un accord de paix et nous invitons la communauté internationale à participer aux efforts entrepris pour aider les parties à mettre en oeuvre cet accord lorsqu'il aura été conclu. Nous soulignons combien il est important que les groupes de travail multilatéraux reprennent leur activité tout en reconnaissant que les progrès sur les volets multilatéraux sont liés aux volets bilatéraux et viennent les conforter. Nous condamnons toutes les violences commises par les extrémistes et les terroristes afin de perturber le processus de paix et nous demandons que cesse tout soutien à ces violences. Nous nous félicitons du récent retrait des forces israéliennes du Liban conformément à la Résolution 425 du Conseil de Sécurité des Nations Unies, retrait certifié par le Secrétaire général des Nations Unies et confirmé par le Conseil de Sécurité. Il revient au Gouvernement libanais de faire en sorte de rétablir son autorité effective pour maintenir la paix et la sécurité au Sud-Liban. Conscients de ce que la réalisation de ces objectifs dépend également de la capacité du Gouvernement à satisfaire les besoins d'infrastructure et de développement de cette région, nous nous engageons à soutenir ses efforts en ce sens. {{{BALKANS}}} Le G8 reste déterminé à soutenir la paix, la stabilité, l'investissement national et étranger, et le développement en Europe du Sud-Est. Dans cette perspective, nous appelons toutes les parties de la région qui sont concernées à s'abstenir de la violence et à renforcer leur coopération, et nous réaffirmons qu'il est important de promouvoir l'harmonie entre les groupes ethniques et de créer les conditions propres à la coexistence entre toutes les communautés. Nous accueillons favorablement les contributions en faveur de l'Europe du Sud-Est faites par certains États et les organisations internationales, notamment l'UE qui prévoit d'organiser un Sommet avec les pays des Balkans occidentaux. Nous nous félicitons de la coordination assurée par le Pacte de Stabilité qui contribue à renforcer la coopération économique et politique régionale en Europe du Sud-Est. Nous nous félicitons également des annonces de contributions d'un montant de 2,4 milliards d'euros pour des projets de redémarrage rapide dans le cadre du Pacte de Stabilité, dans les domaines de la démocratisation, du développement économique et de la sécurité. Nous honorerons nos engagements financiers et nous attendons des pays de la région qu'ils intensifient leurs efforts de réforme. Nous apportons notre plein soutien aux projets mis en oeuvre par la Banque mondiale, la Commission européenne, la Banque européenne d'investissement et la Banque européenne pour la Reconstruction et le Développement, dans le cadre du Pacte de Stabilité. Nous réaffirmons notre attachement à la pleine application de la Résolution 1244 du Conseil de Sécurité des Nations Unies et nous soulignons notre soutien aux efforts faits par les Nations Unies, l'UE, la KFOR et l'OSCE. Des élections municipales bien préparées et réussies au Kossovo constitueront une étape importante pour la mise en place d'une société démocratique et pluri-ethnique et nous appelons toutes les communautés du Kossovo à s'abstenir de toute violence et à contribuer à l'édification d'une telle société. Nous appelons de nos voeux une République fédérale de Yougoslavie démocratique qui pourra ainsi être réintégrée dans la communauté internationale et jouer le rôle qui lui revient dans la stabilité de l'ensemble de la région. Nous sommes profondément inquiets quant aux motivations et aux conséquences éventuelles de la révision de la constitution de la RFY. Nous appelons le Gouvernement de Belgrade à s'abstenir de toute action susceptible de contribuer à une nouvelle escalade de la violence. Nous demandons également à l'opposition de contribuer à l'évolution pacifique et démocratique de la RFY. Nous nous élevons vigoureusement contre les récentes restrictions de la liberté de la presse en RFY. Nous nous félicitons de la poursuite de la consolidation de la démocratie au Monténégro, nous réitérons notre soutien à ses autorités démocratiquement élues et nous leur demandons instamment de continuer à faire preuve de retenue. {{{AFRIQUE}}} Nous sommes très préoccupés par la montée des conflits armés sur le continent africain. L'Afrique doit faire preuve de volonté politique pour prévenir et régler ces conflits armés. Nous insistons sur le fait que l'État de droit, la bonne gestion des affaires publiques et la démocratie sont des éléments indispensables pour parvenir à cet objectif. Nous réaffirmons notre détermination à apporter notre aide. Nous réaffirmons également notre détermination à soutenir l'Afrique dans sa quête de la paix et de la stabilité. {{{CHYPRE}}} Nous rappelons la déclaration publiée lors de notre Sommet de Cologne appelant à la reprise de négociations globales sur un règlement à Chypre sous l'égide des Nations Unies. Nous félicitons le Secrétaire général des Nations Unies d'avoir lancé des pourparlers de proximité entre les parties au conflit chypriote afin de préparer le terrain pour des négociations de fond en vue d'un règlement global. L'incapacité des deux parties à régler leurs divergences et à mettre fin à la division de Chypre continue de nous préoccuper sérieusement. Nous appelons les parties à saisir l'occasion historique qui se présente maintenant d'intensifier les négociations en s'efforçant de trouver les compromis nécessaires afin de parvenir à un règlement juste et durable qui protège les intérêts fondamentaux des deux parties dans une Chypre non divisée en prenant pleinement en compte les résolutions pertinentes des Nations Unies. Nous exprimons l'espoir que des progrès décisifs seront faits lors du cycle actuel de négociations et dans les mois à venir. {{{COMMUNIQUÉ DU G8 SUR LA PÉNINSULE CORÉENNE}}} Nous nous félicitons vivement de la rencontre au Sommet entre la République de Corée et la République populaire démocratique de Corée qui a eu lieu à Pyongyang du 13 au 15 juin 2000 et nous soulignons l'importance historique de cette rencontre. Nous soutenons pleinement l'évolution positive amorcée lors de cette réunion et nous encourageons la poursuite et les progrès du dialogue Sud-Nord. Nous espérons sincèrement que ce processus, et notamment la mise en oeuvre de bonne foi de la déclaration commune Sud-Nord, marquera le début d'une nouvelle ère dans les relations intercoréennes et réduira les tensions dans la Péninsule coréenne. Nous appuyons énergiquement tous les efforts déployés par la République de Corée et la RPDC pour réduire les tensions et établir une paix durable dans la péninsule coréenne, qui contribueront à la stabilité en Asie du Nord-Est. Nous renouvelons également notre plein soutien à la politique d'engagement de la République de Corée qui contribue à faire évoluer la situation dans le bon sens. Nous nous félicitons de l'attitude positive adoptée par la RPDC et nous prenons acte du progrès que constitue la reconfirmation de son moratoire sur le lancement de missiles. Nous appelons la RPDC à poursuivre ces efforts. Dans ce contexte, nous attendons une réponse constructive aux préoccupations internationales, qu'elles concernent la sécurité, la non-prolifération, les questions humanitaires ou les droits de l'homme.

 


Page de Bienvenue IEP

Les documents sont publiés par le Service de Documentation de l'Institut d'Etudes Politiques de Lyon (I.E.P).
La reproduction est autorisée sauf à des fins commerciales et sous réserve de la mention d'origine.
© Institut d'Etudes Politiques de Lyon
Pour tout renseignement complémentaire, contactez-nous. plan du serveur G7/G8
http://g7.sciencespo-lyon.fr