retour accueil WebDoc retour rubrique


Sommet d'Evian

Déclarations officielles

Documents officiels

Documents critiques

Travaux des étudiants

Sommet de Lyon

Base de données

Rechercher



Compte-rendu de la réunion des ministres des affaires étrangères ( Paris, 22-23 mai 2003)

jeudi 5 juin 2003


Rapport des Ministres des Affaires Etrangères (2000)
Rapport des Ministres des Affaires Etrangères (2001)
Rapport des Ministres des Affaires Etrangères (Denver 1997)

Les ministres des Affaires étrangères du G8 se sont réunis à Paris les 22 et 23 mai 2003 afin de débattre des principales questions régionales et de sécurité internationale. {{Sécurité internationale}} - Lutte contre le terrorisme Les pays du G8 restent totalement mobilisés contre le terrorisme international. Nous nous sommes félicités du principe de la création d'un plan d'action en appui du comité du contre-terrorisme des Nations Unies. Nous avons souligné que les diverses actions entreprises par le G8 concernant la sécurité des transports, le financement du terrorisme, et la capacité institutionnelle des Etats à se défendre contre le terrorisme complétaient utilement les mesures prises depuis le sommet de Kananaskis. Nous nous sommes engagés à poursuivre notre effort en élargissant encore l'adhésion aux douze conventions des Nations Unies dans ce domaine et en complétant les mesures touchant au financement du terrorisme. - Non-Prolifération Une profonde préoccupation a été exprimée face aux dangers croissants posés par la prolifération des armes de destruction massive et par le risque de leur utilisation par des entités non étatiques. Les ministres sont convenus de travailler à apaiser les tensions régionales qui sont souvent la source de risques de prolifération. Ils ont réaffirmé qu'il fallait faire face à la menace de prolifération par une approche commune et globale, s'appuyant sur les institutions internationales au premier rang desquelles le Conseil de sécurité des Nations Unies. Les ministres se sont fermement engagés à utiliser et renforcer les instruments existants y compris l'AIEA. L'AIEA devait pouvoir bénéficier d'un budget lui permettant de mener à bien ses missions de contrôle des garanties, et de voir améliorer son efficacité et ses priorités. Les ministres ont salué les progrès du Partenariat Global lancé à Kananaskis. - Armes légères et de petit calibre Les ministres des Affaires étrangères du G8 ont discuté du commerce illicite des armes légères et de petit calibre. Ils ont marqué que les difficultés rencontrées dans les zones de tension ou de post-conflit où ce commerce sévit seraient mieux appréhendées par une approche régionale qui aiderait à obtenir des résultats concrets. Ils ont apporté leur soutien à la réunion des Etats de juillet 2003 sur le trafic illicite des petites armes, qui se tiendra aux Nations unies, à New York, sous présidence japonaise. - Corée du Nord La question nucléaire en Corée du Nord constitue une menace pour la paix et la stabilité internationales. Le respect par la Corée du Nord de ses engagements en matière de non prolifération est un sujet de préoccupation pour toute la communauté internationale. Le Conseil de sécurité a été et demeure saisi de cette question et a un rôle constructif à jouer. Les ministres ont appelé la Corée du Nord à respecter ses engagements, à s'abstenir de toute action qui aggraverait la situation et à s'engager dans la voie d'un démantèlement complet, rapide, vérifiable et irréversible de son programme d'armement nucléaire. Ils ont soutenu les efforts faits par les différentes parties pour chercher par des moyens pacifiques une solution globale à la question nucléaire en Corée du Nord et à d'autres sujets, notamment les questions humanitaires restées sans règlement telle la question des enlèvements. Le processus de discussion lancé par la réunion trilatérale qui s'est tenue à Pékin les 23 et 24 avril 2003 constitue un pas en avant vers cet objectif. Les ministres ont appelé à la poursuite de ce processus, et à son ouverture aux autres pays les plus directement concernés, à commencer par la République de Corée, le Japon et la Russie. A cet égard, ils se sont félicités du rôle joué par la Chine dans la mise en place d'un cadre pour des discussions multilatérales. Ils ont également apporté leur soutien à la Politique de paix et de prospérité poursuivie par la République de Corée et au dialogue entre le Japon et la Corée du Nord fondé sur la déclaration japonaise et nord-coréenne de PyongYang. - Iran Le programme nucléaire de l'Iran constitue une source de préoccupation. Les ministres ont souligné que c'était à l'Iran qu'il revenait de lever ces interrogations en accomplissant les gestes de confiance nécessaires, notamment en signant et en mettant en oeuvre un protocole additionnel avec l'AIEA et en rejoignant les instruments internationaux auxquels il n'a pas encore souscrit. Les ministres ont saisi toutes les occasions pour adresser ce message à l'Iran. Les ministres ont appelé l'Iran à poursuivre ses efforts sur la voie des réformes et marqué le souhait de maintenir avec lui un dialogue constructif. Ils lui ont demandé de poursuivre son engagement dans la lutte contre le terrorisme et de mettre pleinement en oeuvre les résolutions et conventions internationales pertinentes. - Colombie Une grande préoccupation a été exprimée au sujet du narco-terrorisme à l'intérieur et en provenance de Colombie et face au risque de voir la violence et le terrorisme colombiens, alimentés par la drogue, nuire aux efforts de ce pays pour défendre la démocratie et l'étendre aux autres pays de la région. Les ministres ont apporté leur appui à l'action du Président Uribe et du gouvernement colombien en faveur du renforcement de l'autorité de l'Etat et ont soutenu sans réserve la politique de fermeté à l'égard des groupes armés illégaux. - S.R.A.S. Le problème posé par l'épidémie qui touche aujourd'hui l'Asie a dépassé le cadre régional. L'ensemble de la communauté internationale, et notamment les pays industrialisés, devaient se mobiliser. Face au caractère mondial de cette épidémie, les ministres ont souligné la responsabilité collective de la communauté internationale, qui doit inciter à gérer ce problème de manière solidaire. - République démocratique du Congo Les ministres des Affaires étrangères du G8 ont évoqué la situation en République démocratique du Congo et ont souligné l'urgence à mettre fin aux massacres qui se déroulent actuellement dans le nord-est de la RDC, en Ituri, et menacent le processus de paix. Ils ont appuyé la mobilisation en cours pour aider les forces onusiennes présentes sur le terrain. - Géorgie Les ministres ont souligné l'importance que revet la préservation de l'intégrité territoriale et de la souveraineté de la Géorgie pour la stabilité du Caucase. Ils ont apporté leur soutien aux efforts engagés par l'ONU et l'OSCE en ce sens. S'agissant de la question abkhaze, ils ont salué les efforts du Secrétaire général des Nations Unies afin de promouvoir un règlement politique conforme aux voeux de la communauté internationale et l'action de la Russie et de la Georgie pour favoriser, dans ce meme objectif, le rétablissement de la confiance entre les parties. - Inde et Pakistan Nous avons salué les efforts engagés par les deux pays pour normaliser leurs relations bilatérales après l'initiative prise par l'Inde et la réponse positive du Pakistan. Nous avons appelé solennellement les deux parties à continuer sur la voie du dialogue bilatéral et du rapprochement, qu'ils sont prets à soutenir. Les ministres ont formé le voeu qu'un processus politique puisse se développer entre les deux pays afin de résoudre, par le dialogue, l'ensemble des différends qui les opposent, dans l'esprit des accords de Shimla et Lahore. - Afghanistan La normalisation en Afghanistan constitue un facteur essentiel pour la stabilité régionale. Les ministres se sont félicités des progrès accomplis depuis les accords de Bonn et ont salué les efforts de l'administration transitoire afghane présidée par Hamid Karzai. Mais ils sont restés très préoccupés par les difficultés auxquelles le pays continue à faire face, en particulier dans le domaine de la sécurité intérieure. Ils ont marqué que tous les chefs locaux devaient à présent rendre leurs armes et se soumettre au pouvoir central. Les ministres ont réaffirmé que le processus de Bonn devait etre mené à son terme, dans la lettre et dans l'esprit, dans sa totalité et sans retard. Ils ont invité les Nations Unies à oeuvrer dans ce sens, en particulier pour soutenir l'organisation d'élections libres, crédibles et démocratiques en 2004. Ils ont invité les pays de la région à combattre les activités de tous les groupes radicaux qui interfèrent dans les affaires afghanes dans un but déstabilisateur. Les ministres ont salué l'initiative de la France d'organiser une conférence sur les routes de la drogue en provenance d'Afghanistan. Ils ont réaffirmé leur soutien à l'administration transitoire afghane dans sa lutte contre la culture du pavot et la production d'opium et ont salué le rôle joué par les Nations Unies en la matière. Ils ont souligné la nécessité de mieux mobiliser tous les pays concernés par le développement du trafic de drogue en provenance d'Afghanistan. - Sri Lanka Des avancées significatives ont été enregistrées dans le processus de paix depuis plus d'an an entre le gouvernement sri lankais et le mouvement tamoul du LTTE. Les ministres ont remercié la Norvège pour son rôle constructif. Les ministres ont déploré la suspension par le LTTE de sa participation aux négociations et ont formé le souhait que la réunion des donateurs, prévue au Japon en juin prochain, soit l'occasion pour toutes les parties de se retrouver, y compris le LTTE. - Iraq Les ministres se sont réjouis de l'accord intervenu au Conseil de Sécurité sur la résolution qui lève les sanctions qui pesaient sur l'Iraq. Ils ont marqué que cette résolution permettait d'entreprendre la reconstruction et la stabilisation de l'Iraq, après tant d'années d'épreuves et de guerre, dans un contexte agréé par la communauté internationale. Nous avons discuté de l'importance d'une action déterminée de tous les membres de la communauté internationale et des Nations Unies : pour répondre aux urgences humanitaires notamment en matière alimentaire et de santé. pour aider l'Iraq à se doter d'institutions démocratiques, représentatives et respectueuses des Droits de l'homme, et recouvrer aussitôt que possible sa pleine souveraineté. pour assister le pays dans la reconstruction de son économie en veillant à ce que ses ressources profitent à l'ensemble des Iraquiens. Les ministres ont réaffirmé l'importance d'assurer l'unité, la stabilité et l'intégrité territoriale de l'Iraq de façon à faciliter sa réinsertion dans son environnement régional et au sein de la communauté internationale. - Israël et Palestine La voie indiquée par la feuille de route du Quartet offre une occasion historique pour résoudre le conflit entre Israéliens et Palestiniens dans le cadre de deux Etats viables, vivant côte à côte dans des frontières sûres et reconnues et pour mettre un terme à des décennies de souffrances. Mesurant les efforts que cela impliquait pour chacun, les ministres ont invité les parties à confirmer leur acceptation de la feuille de route, à commencer à la mettre en oeuvre complètement et de bonne foi, pour parvenir en 2005 à la solution de deux Etats, selon les termes définis par le Quartet. Les ministres ont salué les courageuses décisions prises par les Palestiniens pour réorganiser leurs institutions, qu'ils se sont engagés à soutenir, politiquement et économiquement, et ont formé le souhait que les progrès continueront. Après les récents attentats, ils ont rappelé leur condamnation absolue du terrorisme. Ils ont exhorté Palestiniens et Israéliens à mettre un terme à toutes les violences. Les ministres ont discuté les moyens de parvenir à une paix globale incluant la Syrie et le Liban. Le moment était venu pour une reprise des discussions entre ces pays. Les parties devaient prendre en considération les préoccupations de chacun et engager de bonne foi les négociations qui aboutiront à une paix durable. Ils ont affirmé qu'ils apporteraient leur plein soutien à ce processus.

 


Page de Bienvenue IEP

Les documents sont publiés par le Service de Documentation de l'Institut d'Etudes Politiques de Lyon (I.E.P).
La reproduction est autorisée sauf à des fins commerciales et sous réserve de la mention d'origine.
© Institut d'Etudes Politiques de Lyon
Pour tout renseignement complémentaire, contactez-nous. plan du serveur G7/G8
http://g7.sciencespo-lyon.fr