retour accueil WebDoc retour rubrique


Sommet d'Evian

Déclarations officielles

Documents officiels

Documents critiques

Travaux des étudiants

Sommet de Lyon

Base de données

Rechercher



Le G8 et le vieillissement démographique
BERTHOD Cyrielle

mercredi 28 mai 2003


Le G7/G8 et le terrorisme
Le G8 et le trafic de stupéfiants
G8 et ONU
Le G7 et les Droits de l’Homme
Le G8 et le développement durable
Le G8 et la Criminalité transnationale
G7 et les autoroutes de l’information

{{{Sommaire}}} {{Les pays du G8 et le vieillissement démographique : quelques chiffres}} {{Le Sommet de Denver et la question du vieillissement actif}} {{Perspectives}} {{Bibligraphie ----- La question du vieillissement démographique a fait son apparition dans l'ordre du jour du G8 au Sommet de Denver, en 1997. A cette occasion, les pays membres ont pris conscience des potentialités mais aussi des risques du vieillissement démographique dans les pays du G8. {{Les pays du G8 et le vieillissement démographique : quelques chiffres}} Le vieillissement de la population concerne l'ensemble des pays du G8, et particulièrement les pays de l'Union Européenne. L'Europe est, avec le Japon, la région du monde qui compte la plus forte proportion de personnes âgées. 15 % de ses habitants ont au moins 65 ans, ce qui la place devant les Etats-Unis (13 %). L'âge moyen de la population de l'Union Européenne augmente de deux mois et demi chaque année ; il aura atteint 40 ans fin 2003. Le vieillissement devrait se poursuivre en Europe dans les vingt ans à venir, de sorte que l'âge moyen atteindrait environ 46 ans en 2030. La proportion des moins de 20 ans diminuerait, passant de 23 % à 19 %, tandis que celle des plus de 60 ans passerait de 21 % à 34 %. Le phénomène serait particulièrement sensible en Allemagne, où les personnes âgées de 65 ans et plus devraient représenter la moitié de la population (49 %) contre 16 % en 1960. Aux Etats-Unis, la population de jeunes adultes devrait vers 2020 être supérieure de moitié à celle des quatre principaux pays européens (Allemagne, France, Royaume-Uni, Italie). Ce vieillissement de la population s'accompagne d'une augmentation de l'espérance de vie et d'une amélioration de l'état de santé des personnes âgées. Ainsi, l'espérance de vie à la naissance a progressé des deux tiers au cours du 20ème siècle en France. A 60 ans, les femmes ont aujourd'hui en moyenne 25 ans à vivre et les hommes 20 ans. On observe une baisse sensible de la mortalité chez les personnes âgées, notamment les plus de 75 ans. Selon l'INSEE, l'espérance de vie à la naissance pourrait encore s'accroître de 8 ans d'ici à 2050 en France ; elle atteindrait 82 ans pour les hommes et 90 ans pour les femmes. Cette augmentation de l'espérance de vie touche tous les pays du G8 : Allemagne (77 ans), Italie (78 ans), Royaume-Uni (77 ans), France (78 ans), Etats-Unis (77 ans), Japon (81 ans), Canada (79 ans). Notons que la Russie, nouveau membre du G8, accuse un certain retard par rapport aux autres pays (67 ans). Fin 2000, un tiers des Russes vivaient en dessous du seuil de pauvreté, selon le Comité d'Etat aux statistiques. Cette misère, qui touche notamment les retraités (30 % de la population de Russie), a des conséquences tragiques, en particulier parmi les hommes, dont l'espérance de vie s'est effondrée à 59 ans. Les taux d'activité et d'emploi des travailleurs de 55 ans et plus en Europe sont considérablement inférieurs à ceux des Etats-Unis, du Japon et du Canada. Entre 55 et 59 ans, 68 % des Français exercent une activité professionnelle (contre 83 % en 1970), ce qui place la France au dernier rang des pays européens. Entre 60 et 64 ans, 17 % des hommes et 15 % des femmes sont en activité. Cette évolution a fortement aggravé le déséquilibre du système de répartition des retraites. {{Le Sommet de Denver et la question du vieillissement actif}} Lors du Sommet de Denver, en 1997, les membres du G8 ont largement abordé la question du vieillissement démographique, en en soulevant les potentialités et les risques. Pour les membres du G8, l'augmentation de l'espérance de vie et l'amélioration de l'état de santé des personnes constituent deux grandes réussites du 20ème siècle. Cependant, l'augmentation sensible de la proportion des personnes âgées peut soulever également certaines difficultés qu'il s'agit de prévenir. Le Sommet de Denver a été l'occasion d'aborder le concept de vieillissement actif. Cette notion de vieillissement actif implique de rester actif alors que l'on prend de l'âge, en continuant à travailler, en retardant le départ à la retraite et en adoptant un style de vie propice à un vieillissement en bonne santé. Pour les pays membres du G8, il s'agit de dépasser les vieux stéréotypes de dépendance des personnes âgées, en prenant conscience des nouvelles données en matière de vieillissement : - dans divers pays, on assiste à une diminution du taux d'invalidité des personnes âgées, - il existe de larges variations dans l'état de santé des personnes âgées. A partir de ces constats, les pays membres du G8 se sont engagés à favoriser le vieillissement actif de leurs concitoyens du troisième âge en fonction de leurs choix et de leur situation individuelle, notamment en diminuant les obstacles à l'exercice d'une activité professionnelle, à la flexibilité de l'emploi et au travail à temps partiel qui existent dans certains pays. Lors de ce Sommet, il a été également débattu de la transition entre la vie active et la retraite, de la formation tout au long de la vie et des moyens d'encourager le bénévolat et d'aider à la prise en charge des soins au sein de la famille. Les membres du G8 ont également pris conscience des incidences, variables d'un pays à un autre, du vieillissement démographique sur les systèmes de retraite, de santé et de prise en charge de longue durée. Les stratégies en matière de vieillissement actif peuvent être un moyen, pour les membres du G8, de faire avancer les réformes structurelles dans le domaine de la santé et de la protection sociale. Lors du Sommet de Denver, le problème de viabilité des régimes publics de retraite pour certains pays membres a été soulevé. Différentes options ont été avancées pour résoudre les déséquilibres : accroître le nombre d'actifs d'âge mûr, augmenter les niveaux d'épargne, ou encore investir dans le capital humain et augmenter notamment les possibilités de formation tout au long de la vie. Les membres du G8 ont finalement conclu qu'il était important d'apprendre les uns des autres comment les politiques et les programmes de chacun des pays membres peuvent promouvoir le vieillissement actif et faire progresser les réformes structurelles afin de préserver et de renforcer les systèmes de retraite, de santé et de soins de longue durée. Ils se sont engagés à collaborer, au sein de l'OCDE et d'autres organisations internationales, afin de favoriser le vieillissement actif grâce à des échanges d'informations et à des recherches comparatives. Ils encouragent la coopération en matière de recherche biomédicale et comportementale afin d'augmenter l'espérance de vie active et de réduire le taux d'incapacité. {{Perspectives}} Depuis le Sommet de Denver, la question du vieillissement démographique est restée d'actualité. Dans le but de contribuer à « l'Année des personnes âgées » des Nations Unies, une conférence gouvernementale du G8 a été organisée du 20 au 22 septembre 1999. L'objectif était d'étendre les implications de la notion de vieillissement actif soulevée au sommet de Denver, appellation générique d'une série d'ajustements permettant d'appréhender plus efficacement les défis posés par le vieillissement. Lors d'une conférence sur l'emploi de Kobe en novembre 1997 et du sommet G8 à Cologne, cette notion a été confirmée comme étant une mesure potentiellement importante pour lutter contre la hausse des charges de dépendance. Ainsi, lors de cette conférence gouvernementale du G8 au Japon, Gabrielle Clotuche, de la Direction générale de l'emploi et des affaires sociales, s'exprimant au nom de la Commission Européenne, a déclaré que nos problèmes actuels de performance en matière d'emploi et le défi du vieillissement contraignent l'Europe à étendre largement les taux d'activité et d'emploi des travailleurs de plus de 55 ans. La politique européenne en matière de vieillissement actif tendra donc à retenir les travailleurs plus âgés, à renforcer leur position sur le marché du travail et à réinsérer ceux qui ont quitté la vie active. L'accent est mis sur la nécessité de supprimer dans les régimes d'imposition et d'allocation tout ce qui décourage les travailleurs ou les empêche de travailler plus longtemps et d'adopter des mesures qui améliorent l'employabilité des personnes plus âgées. Dans cette perspective, la réforme engagée par le gouvernement français sur le régime des retraites tente de répondre aux déséquilibres entraînés par le vieillissement démographique en proposant l'allongement de la durée de cotisations. Cependant, la remise en cause de droits acquis n'est pas sans provoquer de vifs mécontentements de la part des travailleurs…

{{Bibligraphie}} - [Site officiel du sommet d'Evian->http://www.g8.fr/evian/index.htmlwww.g8.fr/evian/index.html] - MERMET Gérard, Francoscopie 2003, Larousse, septembre 2002.

 


Page de Bienvenue IEP

Les documents sont publiés par le Service de Documentation de l'Institut d'Etudes Politiques de Lyon (I.E.P).
La reproduction est autorisée sauf à des fins commerciales et sous réserve de la mention d'origine.
© Institut d'Etudes Politiques de Lyon
Pour tout renseignement complémentaire, contactez-nous. plan du serveur G7/G8
http://g7.sciencespo-lyon.fr