retour accueil WebDoc retour rubrique


Sommet d'Evian

Déclarations officielles

Documents officiels

Documents critiques

Travaux des étudiants

Sommet de Lyon

Base de données

Rechercher



Le fonctionnement institutionnel du G8
BERGERON Laure - BERTHOD Cyrielle

mardi 20 mai 2003


Historique du G7
Poids économique des pays du G8 dans le monde
Les "institutions" du G8
Les publications du G7

{{{Sommaire}}} {{I. Les institutions mobilisées pour le G8}} {Les pays membres et leur représentant officiel} {Les Ministres des pays membres} {{II. Le « protocole institutionnel » créé par le G8}} {La présidence du G8} {Le déroulement des sommets} {La préparation des sommets} {{Bibliographie }} ------ Les sommets tels qu'ils se sont organisés dès le début avaient pour vocation de réunir les chefs d'Etat et de gouvernement des pays les plus industrialisés du monde, dans une ambiance de discussion « au coin du feu » (telle était l'idéologie du premier sommet de Rambouillet en 1975). Ces réunions, en prenant un rythme annuel bien réglé, se sont institutionnalisées au point qu'aujourd'hui, la préparation et le déroulement d'un sommet nécessite une organisation bien ficelée. On note cependant que cette évolution a conduit à une sorte de paradoxe : le G8 reste une réunion informelle alors que dans le même temps, elle est devenue une sorte d'institution. L'utilisation de cette terminologie met en lumière deux éléments importants du fonctionnement du G8 : cette réunion mobilise à la fois des institutions existantes sur plan national et international et crée dans le même temps une sorte de protocole institutionnel qui se renouvelle chaque année. {{I. Les institutions mobilisées pour le G8}} Au cours des différents sommets, mais également entre chacun d'entre eux, plusieurs types de personnes ou d'institutions officielles sont mobilisées pour participer aux discussions et rédiger les différents communiqués. {Les pays membres et leur représentant officiel} Ils sont au nombre de huit depuis le sommet de Birmingham (officiellement) : L'Allemagne, les Etats-Unis, la France, le Royaume-Uni, le Japon, la Russie, le Canada, l'Italie. L'Union Européenne participe également au Sommet et est représentée par le dirigeant du pays assurant la Présidence du Conseil européen et le Président de la Commission européenne. Chaque pays est représenté par son chef d'Etat ou de gouvernement, personnalité qui varie donc selon les pays et les régimes politiques en place. Le choix de ce représentant, s'il paraît évident, ne l'est pas forcément pour tous les pays : en France par exemple, la question s'est posée de savoir si le représentant serait le Président ou le Premier Ministre sous la cohabitation entre Jacques Chirac et Lionel Jospin. L'ouverture du G8 à d'autres pays de façon permanente n'est pas à l'ordre du jour. En revanche, les pays membres du G8 ont depuis 1996 renforcé leur dialogue avec des pays, groupes de pays ou instituions extérieures à leur groupe, et d'abord avec les pays du Sud, émergents ou moins avancés. Des Etats sont régulièrement invités à participer aux travaux. {Les Ministres des pays membres} Afin de préparer les sommets, les Ministres des différents pays membres sont mobilisés pour se réunir à intervalles réguliers pour discuter des aspects les plus importants de chaque sommet. Chaque domaine de compétence peut être pris à parti mais ce sont généralement les Ministres de l'Economie et des Finances qui sont les plus mobilisés. L'émergence de topiques réactivées par l'actualité (environnement, criminalité internationale) ont amené toujours plus de Ministres à prendre part à des discussions préalables aux sommets. Leur contribution est donc de plus en plus essentielle dans la préparation et le déroulement des sommets. Si le G8 a su s'imposer au rang d'autres organisations internationales (ONU, OMC, organisations régionales…) par sa médiatisation, cette rencontre annuelle n'est reste pas moins complètement informelle puisqu'il n'existe aucune instance officielle du G8. {{II. Le « protocole institutionnel » créé par le G8}} Le G8 n'est ni une institution, ni une organisation internationale. Il n'a pas de personnalité juridique, pas de secrétariat permanent. Il ne prend aucune mesure à caractère obligatoire. Il ne concurrence donc en rien l'Organisation des Nations Unies, l'Organisation Mondiale du Commerce ou les institutions financières internationales. Il s'apparente plutôt à un club de grands pays industrialisés qui se consultent et se réunissent à intervalles réguliers pour renforcer leur entente et harmoniser leurs vues sur les grandes questions politiques et économiques internationales. Les participants s'accordent entre eux sur les modalités de fonctionnement des rencontres. Malgré ce caractère informel, certaines « règles » organisationnelles existent, permettant le bon fonctionnement du G8. {La présidence du G8 } La présidence du G8 est assumée, sur une base annuelle (du 1er janvier au 31 décembre) par les sept membres originaux, dans l'ordre suivant : France, Etats-Unis, Royaume-Uni, Allemagne, Japon, Italie et Canada. Lors du Sommet de Kananaskis, il a été décidé que le G8 se réunirait pour la première fois en Russie en 2006. L'Union Européenne, bien que participant aux discussions, ne fait pour l'instant pas partie de cette alternance. Le pays qui assume la présidence accueille et organise le sommet. Le pays hôte organise habituellement plusieurs réunions préparatoires. Il lui revient également de parler au nom du G8, de maintenir le dialogue entre les pays non membres, les institutions et organisations internationales et la société civile (organisations non gouvernementales, syndicats, entreprises). {Le déroulement des sommets} Le sommet du G8 a lieu chaque année, au printemps ou au début de l'été. Cette réunion annuelle est l'occasion de se rencontrer pour discuter des questions économiques et politiques internationales, pendant deux à quatre jours. L'objectif de rencontre conviviale a dérivé progressivement vers une atmosphère plus solennelle, une lourdeur protocolaire et une médiatisation croissante. Le déroulement du sommet suit quelques règles immuables. Par exemple, le dîner du premier soir réunit uniquement les chefs de délégation (chefs d'Etat ou de gouvernement), afin de conserver « l'esprit club » du départ. Lors des séances plénières, seules trois personnes sont en principe admises : le chef d'Etat ou de gouvernement, le ministre des finances et le ministre des affaires étrangères. Un véritable protocole est suivi : un ordre de préséance est fixé concernant le plan de table ou encore la photographie officielle en fin de sommet. Il n'y a pas de langue officielle du G8 à proprement parler. Les chefs d'Etat et de gouvernement s'expriment donc dans leurs langues. Les communiqués publiés à l'issue des réunions ministérielles et du sommet des chefs d'Etat et de gouvernement traduisent la solidarité des pays membres du G8 et peuvent comporter des engagements politiques ou financiers. Ils sont traduits en anglais et en français. {La préparation des sommets} Le sommet annuel du G8 est préparé par une série de réunions des représentants personnels des chefs d'Etat et de gouvernement du G8, appelés communément « sherpas » (en référence aux porteurs himalayens qui aident les gens à atteindre le sommet des montagnes). Ces représentants se rencontrent pour discuter des points susceptibles d'être inscrits à l'ordre du jour, généralement trois fois avant le sommet. Leurs discussions permettent aux dirigeants de se concentrer sur les sujets principaux. Le sherpa du pays organisateur dirige les débats et organise les rencontres. Les sherpas, qui travaillent souvent comme conseillers dans les cabinets des dirigeants, communiquent entre eux tout au long de l'année. Après le sommet, ils veillent également à la mise en œuvre des engagements pris par les dirigeants. Les sherpas ont l'appui de hauts fonctionnaires qui se penchent sur les grands enjeux économiques, politiques et financiers. La langue de travail préparatoire est l'anglais. Des réunions des « sous-sherpas » affaires étrangères et finances (généralement deux ou trois rencontres avant le sommet et une après) complètent et facilitent le travail des sherpas. Les directeurs politiques des ministères des affaires étrangères tiennent également des réunions régulières. Des forums ministériels quadrilatéraux sont également mis en place, réunissant les ministres des affaires étrangères, les ministres du commerce international, les ministres des finances ou encore les ministres de l'environnement. Les dirigeants du G8 ont également créé des groupes de travail sur différents sujets. Avec l'aide de ces réseaux, au fil de leurs rencontres, les sherpas affinent leurs « papiers ».. Lorsque subsistent des divergences, les passages qui posent problème sont mis entre crochets (appelés « brackets ») jusqu'à ce qu'un accord soit éventuellement trouvé. Les textes sont finalement bouclés par les sherpas pendant la dernière nuit du sommet et une déclaration officielle est alors rendue publique. Finalement, malgré une organisation de plus en plus institutionnalisée, le G8 reste une instance informelle qui ne dispose d'aucune compétence obligatoire : il ne peut engager que ses propres membres. Ne disposant, volontairement, d'aucune structure administrative, le G8 met en valeur ses initiatives dans le cadre des mécanismes normaux et légitimes des institutions internationales en charge des questions économiques et politiques internationales (ONU, OMC, FMI…), au sein desquelles il ne peut aucunement prendre seul la décision. Le caractère informel du G8 en fait l'originalité. Cependant, n'ayant pas de capacités décisionnelles étendues, le G8 est souvent jugé inutile (cf. remise en cause du G8).

{{Bibliographie }} - [Site gouvernemental canadien sur le G8->http://www.g8.gc.ca/about_g8/abouthow-fr.asp] - [Site officiel du sommet d'Evian->http://www.g8.fr]

 


Page de Bienvenue IEP

Les documents sont publiés par le Service de Documentation de l'Institut d'Etudes Politiques de Lyon (I.E.P).
La reproduction est autorisée sauf à des fins commerciales et sous réserve de la mention d'origine.
© Institut d'Etudes Politiques de Lyon
Pour tout renseignement complémentaire, contactez-nous. plan du serveur G7/G8
http://g7.sciencespo-lyon.fr